Suivez-nous Facebook Twitter

Retour sur un lynchage verbal

Quand la haine a bonne conscience, par Alain Finkielkraut  (71 min)

A. Finkielkraut - philosophe - F-O Giesbert - journaliste - D-O. Kaminski

ORGANISATEUR
 
 

12 commentaires

A quoi bon ? 23 novembre 10:24, par André FREDJ

A quoi bon raisonner alors que tout nous prouve qu'en démocratie seule la violence est payante. L'antisémitisme était de droite, il est de gauche car à la gauche il faut des mythes. C'était le prolétaire qu'il fût scélérat ou non. C'est le musulman quel qu'il soit car on lui suppose une innocence qui justifie la haine de soi anticolonialiste et le retour d'un anti esclavagisme parfaitement anachronique, surtout quand on veut cacher que jusqu'à une époque récente (1965) les états qui pratiquaient sans complexe et de façon quasi officielle l'esclavage étaient des pays arabo-musulmans.
Aujourd’hui, il serait beaucoup plus intelligent d'examiner pourquoi un mouvement souverainiste, qui est justifié par l'exaspération de l'influence des musulmans extrémistes sur les gouvernements depuis près de quarante ans, serait un garant de sécurité pour les juifs qui étant d'ailleurs des citoyens exemplaires sont scandalisés par la politique du laisser-faire et de l'excuse dont jouissent systématiquement les pires énergumènes issus de l'immigration.
On a en plus l'impression que les institutions juives se laissent bercer, gouvernement après gouvernement, par les discours stéréotypés d'hommes politiques (et maintenant de femmes) soucieux seulement de leur réélection avec en arrière pensée la conquête d'un électorat musulman 10 à 15 fois plus nombreux que l'électorat juif.

Du positionnement d'une certaine gauche... 16 mars 19:19, par Léa S.

A propos de ces intellectuels et hommes politiques de gauche et d’extrême gauche qui refusent de reconnaitre l’antisémitisme lorsqu’il émane de populations ‘issues de l’immigration’…
Reconnaitre que les assassinats de français juifs par de jeunes français musulmans ont été motivés par la seule haine antijuive leur est d’autant plus difficile qu’ils sont souvent les premiers à stigmatiser Israël et à encourager ou entretenir ‘l’antisionisme’.
Ce faisant, ils dénient la réalité même d’Israël (qu’ils méconnaissent), où il y a liberté de la presse, pluralité d’opinions, et où souvent le désir sincère de paix cohabite avec le souci de la sécurité pour une majorité de citoyens, tiraillés entre espoir et désillusion.
Cette gauche là a un problème avec elle-même, elle s’accroche coûte que coûte à son image de ‘défenseur des pauvres et des opprimés’, contre ‘l’ennemi riche et impérialiste’, et se complait dans ses préjugés et sa perception manichéenne des choses.
Ce faisant, elle ne rend pas service aux populations qu’elle prétend défendre, bien au contraire. Elle les empêche d’appréhender la réalité du monde tel qu’il est, d’une part, et d’espérer un avenir meilleur d’autre part.
L’essentiel pour elle est de préserver son image, peu importe les moyens et les conséquences.
Au plus profond d’elle-même, elle a sans doute du mal avec le passé, l’histoire de France, celle du pays des droits de l’homme et en même temps de l’ancienne puissance coloniale dont sont issus les parents ou grands-parents de ces jeunes qui, bien que ‘français’, rejettent ce pays où ils n’ont pas pu ou voulu véritablement s’intégrer… Cette gauche ne les y aide pas. Son problème, elle culpabilise.
Ainsi, dans les banlieues, au lieu d’encourager les initiatives citoyennes, culturelles, sociales, éducatives, de défendre les valeurs républicaines, de courage, de mérite, de réussite possible,
elle a préféré y importer le conflit proche-oriental, parfois jusque dans les universités !
‘’Nous compatissons avec vos ‘frères’ palestiniens contre l’état ‘sioniste impérialiste’’’ !
Voilà le slogan offert aux jeunes français de banlieue en guise d’espoir de réussite et d’intégration !
Cela ne coûte pas cher en termes d’investissement politique, matériel et financier.

Certains journalistes de gauche se sont montrés particulièrement odieux et injustes envers vous, et tous ceux qui dénonçaient ce dévoiement intellectuel ! Vilénie et lâcheté de leur part.

Cher Alain Finkielkraut, Un grand Bravo pour votre courage, et un grand Merci pour vos analyses fines et vos éclairages précieux sur ce fléau, qui, espérons-le, finira par être vaincu un jour !

Bien Sincèrement et Chaleureusement.

La haine rien que la haine 06 mars 19:33, par paula goldenberg

Je me suis trouvée en province suite aux évènements antisémites des derniers temps à un rassemblement contre l'antisémitisme - rassemblement qui a rencontré très peu de monde - auprès de moi une dame que je ne connaissais pas se met à me parler du problème et de façon haineuse me parle de "Ce Monsieur Finkielkraut " en des termes odieux avec elle aussi un rictus de haine incompréhensible car là n'était pas le sujet. Je lui dis : "Madame je ne vous connais pas je suis ici pour lutter contre la haine et vous en êtes un exemple vivant, vous n'avez rien à faire dans ce genre de rassemblement, vous vous êtes apparemment "égarée" et je passe mon chemin! Voilà où nous en sommes en France ! Quelle tristesse !

L'evenement est un message a trois niveaux de signification 25 février 19:46, par yakov claude Gugenheim

Cher Mr Finkielkraut
En tant que frère juif c'est sûr que nous vous aimons et en tant que porteur de messages pour les juifs de France ce qui vous arrive nous concerne. 3 miracles vous sont arrivés :
1) Sur le plan physique : Grace à D. Ieu vous avez été sauvé d'un lynch (il faudrait remercier D. En disant Birkat Ha Gomel en presence de minian)
2) Le fait que l'incident a été filmé et propagé dans le monde est miraculeux en ce sens que tous se sentent concernés y compris Mr Macron
3)Comme le dit le Baal Chem Tov tout ce qu'un juif voit ou entends est significatif et doit l'amener à s'interroger sur ce que D. Ieu veut de lui. Comme vous le dites ces paroles du salafiste : "Sioniste... , Raciste... , retournes a Tel Aviv, la France est a nous ! " vous ont ébranlé et nous concernent tous car de la parole a l'action il n'y a qu'un pas surtout pour des primaires.
l'évènement est un message a trois niveaux de signification :
1)Il y a un danger physique pour chaque juif
2)Ce ne sont pas que les juifs qui sont en danger mais la Republique (d'où l'ampleur médiatique de votre histoire)
3)Oui nous sommes sionistes puisqu'Israel est un abri et un destin. Oui nous sommes perçus comme racistes du fait des mensonges propagés depuis l'embargo de De Gaulle ("peuple dominateur"). Les raisons antérieurement politiques et économiques du soutien aux arabes se trouvent actuellement justifiées par une idéologie anti israélienne basée sur l'invention mensongère d'une morale de défense des faibles palestiniens et de l'opprimé, valeur biblique héritage du peuple juif qu'il applique en particulier en guerre et dans ses hôpitaux où les palestiniens et même la famille d'Arafat ont été soignés ; mais le black out et les fake news des media français et arabe ont crée une image fausse de Tsahal et d'Israel qui conduit à la vague actuelle d'anti-sionisme. De la mauvaise parole à la violence il n'y a qu'un pas. Vous avez bien analysé cette inversion, mais le cri "la France est a nous (des islamistes)"suggère que la République n'a peut être pas la force, la volonté ou la structure pour resister à une idéologie si extrémiste aux antipode de ses propres valeurs. A quoi sert il alors de philosopher ?
doit on encore essayer de sauver la France ou faut il sauver sa peau ? Faut il s'obstiner à etre "lumière pour les nations " alors qu'elles n'écoutent ni n'agissent ?. Il est temps de comprendre que l'on n'est pas "Français avant d'être juif". La nationalité est une péripétie de l'Exil, être juif est une identité une essence au delà de l'espace et du temps. Il ne faut pas confondre l'extériorité (la nationalité) avec l'intériorité, l'essence (l'Identité).
Du point de vue de la Kabalah c'est confondre "Levouch=le Vetement " avec Etzem=la Chose.
A Pourim on se déguise. On a le droit de se deguiser en francais. Mais comme à Pourim la menace de la destruction totale (des juifs dispersés dans les 127 provinces d'Assyrie chacune avec son langage) a amené les juifs a tomber les masques des nationalités, a dévoiler leur identité en revenant à D. Ieu et ils ont été sauvés !. L plan de la Pensée.

Les a-t-on déjà oubliés ? 24 février 19:52, par Justine

Agression pénible, pénible de vous voir face à la meute, dans un pays qui est dans le déni total depuis au moins deux décennies et qui continue à l'être (cf à ce propos certains commentaires ignobles du forum dans le dernier Marianne, malgré(ou à cause de ?) la brillante Natacha Polony qui n'y est pour rien, si ce n'est d'avoir consacré plusieurs articles aux évènements récents. Encore une "marche" contre l'antisémitisme qui se soldera par de grandes promesses creuses ("Plus jamais ça"... )Oubliées toutes les victimes, juives bien sûr, mais aussi les autres(massacre de Toulouse, Charlie et l'hyper casher, le Bataclan, Nice, Ilan Halimi, Sarah Halimi, Mireille Knoll etc. Car j'en oublie). Les auteurs et leurs soutiens sont pourtant parfaitement identifiés et vous en avez fait le tour.
Monsieur Finkielkraut, pourquoi persistez-vous, armé de votre seule bonne foi, à vous rendre dans certaines émissions, entouré de journalistes qui ne demandent qu'à faire du spectacle, sans avoir réellement conscience de la gravité du problème ?
Je vous assure de tout mon soutien, de mon estime (j'ai lu tous vos ouvrages) et, pardonnez cette familiarité, de toute mon affection.
Justine (qui n'est pas juive).

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie des conférenciers

Alain Finkielkraut - philosophe

Alain Finkielkraut est né à Paris en 1949, il est le fils unique d'un maroquinier juif polonais rescapé d'Auschwitz. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud, il est agrégé de Lettres modernes. Co-fondateur avec Benny Lévy et Bernard-Henri Lévy de l'Institut d'études lévinassiennes, il est professeur à l'Ecole polytechnique. Admirateur revendiqué d'Emmanuel Lévinas, d'Hannah Arendt, de Milan Kundera et de Charles Péguy, il choisi l'inconfort intellectuel par une critique constante de la société moderne : individualisme narcissique, pensée de Mai-68, imposture de la gauche révolutionnaire. Engagé donc, Alain Finkielkraut s'interroge également sur la place de la mémoire, le rôle de l'intellectuel dans un monde en crise comme ses prises de position à contre-courant l'ont montrées lors du conflit en ex-Yougoslavie (1992).

Franz-Olivier Giesbert - journaliste

David-Olivier Kaminski -

Bibliographie des conférenciers

Alain Finkielkraut - philosophe
  • L'Interminable écriture de l'Extermination, (Stock, 2010)
    Acheter
  • Un Coeur intelligent, (Stock/Flammarion, 2009)
    Acheter
  • Ce que peut la littérature, (Gallimard, 2008)
    Acheter
  • Nous autres, modernes: quatre leçons, (Gallimard, 2008)
    Acheter
  • Philosophie et modernité, (Ecole Polytechnique, 2008)
    Acheter
  • Qu'est-ce que la France?, (Stock, 2007)
    Acheter
  • La discorde: Israël-Palestine, les Juifs, la France, avec Rony Brauman et Elisabeth Lévy, (Mille et nuits, 2006)
    Acheter
  • Le Livre et les livres: entretiens sur la laïcité, avec Benny Lévy, (Verdier, 2006)
    Acheter
  • Les battements du monde: dialogue, avec Peter Sloterdijk, (Hachette Littératures, 2005)
    Acheter
  • Au nom de l'autre: réflexions sur l'antisémitisme qui vient, (Gallimard, 2003)
    Acheter | Emprunter
  • L'étrangèreté, avec Renaud Camus et Emmanuel Carrère , (Editions du tricorne, 2003)
    Acheter
  • Une voix vient de l'autre rive, (Gallimard, 2002)
    Acheter
  • Internet, l'inquiétante extase, avec Paul Soriano, (Mille et une nuits, 2001)
    Acheter
  • Penser le XXème siècle, (Ecole Polytechnique, 2001)
    Acheter
  • Des hommes et des bêtes, avec Elisabeth de Fontenay, (Editions du Tricorne, 2000)
    Acheter
  • Du bon usage de la mémoire, Richard Marienstras, Tzvetan Todorov, (Editions du Tricorne, 2000)
    Acheter
  • Judaïsme et Christianisme, avec Gérard Israël et Paul Thibaud, (Editions du Tricorne, 2000)
    Emprunter
  • L'ingratitude: conversation sur notre temps, (Gallimard., 2000)
    Acheter
  • La Nation à l'épreuve, avec Edwy Plenel, (Editions du Tricorne, 2000)
    Acheter
  • Pierre Brossolette ou le destin d'un héros, avec Daniel Cordier et Guilaume Piketty, (Editions du Tricorne, 2000)
    Acheter
  • L'humanité perdue: essai sur le XXe siècle, (Seuil, 1998)
    Acheter | Emprunter
  • La Mémoire vaine: du crime contre l'humanité, (Gallimard, 1989)
    Acheter
  • La Défaite de la pensée, (Gallimard, 1987)
    Acheter
  • La Réprobation d'Israël, (Denoël, 1983)
    Acheter | Emprunter
  • Le Juif imaginaire: essai, (Seuil, 1983)
    Acheter | Emprunter
  • L'avenir d'une négation: réflexion sur la question du génocide, (Seuil, 1982)
    Acheter | Emprunter
  • L'identité malheureuse, (Stock, 2013)
    Acheter
  • La seule exactitude, (Stock, 2015)
    Acheter
  • En terrain miné, Une amitié conflictuelle, (Stock, 2017)
    Acheter
 
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences des conférenciers