Suivez-nous Facebook Twitter

Généalogie d'une récupération

Nietzsche et la race, de Marc de Launay (Ed. du Seuil)  (4 min)

Jonathan Aleksandrowicz - journaliste

ORGANISATEUR
 
 

1 commentaire

L'anti-judaïsme de Nietzsche transparaît de son œuvre. 15 mai 08:41, par Raphael Kaufmann

La lecture de ces œuvres même les plus tardives m'ont conduit à remettre en cause l'a priori plutôt positif que j'avais élaboré à l'égard de Nietzsche en écoutant plusieurs penseurs contemporains. Il s'avère que si on le lit attentivement, le personnage ayant clairement condamné l'antisémitisme de son entourage, la philosophie de Nietzsche entend renouer avec des valeurs grecques pré-chrétiennes opposées à la pensée d'Israël. Nietzsche ne connaît la civilisation juive qu'à travers le prisme déformant chrétien et attribue à la première les traits du christianisme. Il déclare certes vouer de l'admiration pour l'Israel biblique dans lequel il perçoit une nation fière qui revendique son autonomie mais sa dichotomie bon/mauvais, son dédain pour l'engagement et le sens de la responsabilité dans le temps, son dégoût pour la promesse, sont aux antipodes du judaïsme biblique et talmudique.

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Jonathan Aleksandrowicz - journaliste

Jonathan Aleksandrowicz est né à Paris en 1980. D'abord comédien, il est journaliste et mène des recherches sur les philosophies du pardon après le Crime contre l'Humanité.

 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier