Suivez-nous Facebook Twitter

Moïse frappe le rocher - n° 34

'Houkat: briser le cœur de pierre  (35 min)

Jérôme Benarroch - enseignant du judaïsme

ORGANISATEUR
 
 

10 commentaires

Au sujet de la paracha 15 juin 00:12, par Dominique

Veuillez m'excuser si je dis une bétise. Mais ce que moi je vois dans cette paracha c'est que Moïse doute de Dieu en frappant une second fois le rocher et pire il doute devant le peuple. Comment le peuple peut interpréter ce doute ? Si même Moïse doute, alors à fortiori le peuple a raison de douter.

Commentaire guemara 14 juin 23:37, par Dominique

Dieu compte les Larmes des Femmes...

Houkat, briser le coeur de la pierre 12 juin 04:37, par miryam

Toute la difference entre Bilaam et Moshé est que Moshé est au service de D. Il ne prend aucune initiative et ne laisse pas intervenir son ego, il est au service de D. Et obéit aux ordres de D. La faute, ne pas avoir suivi le commandement divin est-il en relation avec l’idolâtrie ou le pouvoir d’intervenir sur les événements indépendamment de D ? Hasve Halila que Moshé ait commis une telle faute, mais devant l'impatience du peuple, Moshé a t il agi émotivement ? Ou a t il agi ainsi par compassion pour le peuple ?
Enfin sa relation a sa femme n'est elle pas que sa sainteté a prédominé sur la matière ?

L'humilité peut elle conduire à la faute ? 11 juin 23:46, par Yvel

Affirmer que l'humilité est à l'origine de la séparation de Moché d'avec sa femme mériterait d'être démontré...
L'humilité semble se déduire plus logiquement par le fait que ce soit D. Lui même qui se charge de le défendre.
Comme d'habitude (ex : l'épisode avec Korah) Moché ne sait que répondre quand il est personnellement mis en cause

Mais séparation il y a eu que le texte laisse entendre : Je me révèle à Moché à tout instant => il doit se tenir prêt (pur) nuit et jour.

Par cette justification D. Confirme la séparation qui, à en croire le midrach, est ressentie douloureusement par Bitia.

S'il y a faute celle-ci est mise en relief par D. Avec une grande subtilité et délicatesse s'agissant de celui qu'il chérit au plus haut point.
Aurait-il dû divorcer ? La souffrance aurait été plus grande encore.
Dilemme : choisir de faire souffrir le moins possible donc.
Reste alors un reproche possible : Moché n'a pas trouvé les mots pour convaincre Bitia de le soutenir dans cette attitude qui s'imposait à lui. Est ce là la symbolique du rocher ?
Dans cette lecture on peut interroger Bitia : pourquoi n'a t elle pas pris son propre destin en main au lieu de gémir et d'attendre ?

Ni faute ni célibat 11 juin 13:59, par Avraham Y

Non non non, neni.
Moché n'a pas fauté.
Et Moché profite pleinement de ses capacités de jouissance.
Sans quoi il ne serait pas un prophète fiable, "mobilisant toutes les capacités de sa personne [biologie, perception, volonté, imaginaire et intellect] vers un seul but, la connaissance de Dieu (8 praqim)"

Il s'est séparé (momentanément ?) de Tsipora, certainement avec son accord, ne voulant pas la conduire en esclavage (cf Maharal sur Yitro). Pour autant, il ne peut pas rester seul, sans femme, incomplet, et se marie donc avec une femme couchit (cf r'Yossef ibn Kaspi) qui, elle, ayant connu l'esclavage, peut accompagner et seconder Moché même lorsqu'il est au sommet du mont Sinaï.
Myriam et Aharone seront sanctionnés pour avoir mal compris Moché.

Pourquoi Moché n'entre pas en Israël ?
"Lo héémantem" (20, 12) est un factitif : par votre intermédiaire les bné Israel n'ont pas connu véritablement Hachem. Non par votre faute, mais par votre intermédiaire puisqu'ils ont failli dans la tâche que Dieu leur adressait par votre prophétie. Solidaire comme un capitaine de bateau, Moché coule avec le navire de la génération qu'il a libéré et guidée mais qui, elle, a démérité. "Il advint du mal à Moché à cause de eux" (Tehilim 106, 32) : c'est "à cause de eux" que Moché ne rentre pas en Israël, pas à cause de lui.

La meilleure preuve : Moché ne demande jamais pardon. Ni dans la Torah, ni même dans le midrach ! Cela n'invite-t-il pas à quelque retenue ?...

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Jérôme Benarroch - enseignant du judaïsme

Jérôme Benarroch enseigne à l'institut universitaire Rachi et à l'Institut Elie Wiesel et étudie également de manière permanente à la Yéchiva des Etudiants. Il est aussi professeur de français, agregé de Lettres modernes et docteur en philosophie. (Mise à jour: avril 2008)

Bibliographie générale

Sélection d'une liste d'ouvrages sur le sujet
  • Grille de parole (édition bilingue), Paul Celan, Martine Broda (Traduction), (Christian Bourgois , 1991)
    Amazon
  • L'énigme du rocher, La disgrâce de Moïse, Raymond Danziger, (Lichma, 2012)
    Amazon
 

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat

Editeur

Editeur de la conférence

Le travail de séquençage, de titrage, les documents et les annexes de cette conférence ont été réalisés par Ruben Honigmann

Voir le dossier sur Melamed

Melamed: le portail de l'étude et de l'enseignement
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier