Suivez-nous Facebook Twitter

Le prochain et le lointain - n° 30

Kedochim: la sainteté pour tous  (29 min)

Claude Sultan - rabbin

ORGANISATEUR
 
 

6 commentaires

Se séparer de quoi de qui quand comment pourquoi ? ? 24 avril 19:42, par L'incrédule idiot du village

Il est vrai que sur le sujet on pourrait parler longtemps ! Se séparer pour se relier ! La Kédouchah ne descend pas ! Elle est ! C'est à nous de faire tout le boulot ! Ici bas la séparation signifie se séparer du profane ! On peut exagérer avec waw sans waw ! Le haut le bas ! Malkhout Binah et le waw qui les relie ! Et alors ? Les vraies questions se posent en Israël ! UNIQUEMENT aux plans politiques et moraux ! Pour se séparer du profane il y a des bases fondamentales ! Comment faire pour ne pas garder de haine dans son cœur ? Comment aider mon ennemi à décharger son âne ? Qu'est ce que ça change dans ma vie si je maudis un sourd ? Ou si je mets un obstacle devant un aveugle ? En quoi est ce que je faute si je ne paie pas mon employé à bonne date ? Et alors... Comment aimer mon prochain comme moi même ! Comment comprendre une fois pour toute que l'argent gagné sur les mitswot de la Torah est profane ? Donc que nous somme dirigés par des profanes qui veulent nous expliquer que nous devons saints ! Alors qu'ils ne le sont pas eux même ! CAR LE SERVICE DIVIN NE PEUT SE FAIRE QUE PAR AMOUR LECHEMCHAMAYIM ! Avez vous entendu une seule fois prononcer le mot profane, le mot chohad qui aveugle les tsadikim (paracha choftim) !

Prochain lointain 22 avril 18:00, par amar edmond

Le grand historien protestant Pierre Chaunun, ami du Grand Rabbin Jacob Kaplan, faisait la même remarque que Manitou : tu aimeras ton prochain car c'est avec lui que le problème des bonnes relations se pose et non avec le lointain. Merci pour ce commentaire conforme à la belle tradition du Moussar "bien de chez nous", loin d'un intellectualisme abscons qui apparaît parfois ici.

“Difficile confrontation à autrui”... 22 avril 09:49, par Bug

“La sainteté ne se vit pas dans l'ascétisme solitaire.
On l'atteint par la difficile confrontation à autrui. ”

Alors, pourquoi le censurer, cet “autrui” (avoir censuré mon commentaire) ?!

En Palestine, le “je-tu” buberien est devenu un “je tue”, au quotidien ; et, qui plus est sur cette terre-là, c'est à vomir.

“Judéo-quelque-chose” 20 avril 19:47, par Bug

“nous qui vivons dans un environnement judéo-quelque-chose... ” (répété une seconde fois)
Sympa, en cette période “co-pascale”...

Quant à “si tu fais quelque-chose de mal-saint (!), sache que cette Terre-là te vomira” : n'est-ce donc que l'expérience du passé (l'exil diasporique) ou bien aussi, hélas, une prophétie, du fait du sort fait, depuis un “bon” siècle, aux (pourtant) très Prochains de Palestine ?

Shalom quand même...

Belle réflexion 20 avril 16:49, par Anne-Marie

Monsieur le Rabbin,
Je suis catholique mais je me suis lancé le défi d'étudier chaque semaine la Torah avec Akadem. Votre exposé enrichit ma réflexion et m'oblige à revenir sur ce qu'on m'a appris dans mon éducation religieuse.
Merci pour cet exposé extrêmement instructif.

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Claude Sultan - rabbin

Claude Sultan est né en 1934 au Maroc. Il passe son doctorat ès lettres hébraïques à Strasbourg en 1990, puis son agrégation d'hébreu moderne à Paris. Claude Sultan occupe différentes fonctions dans l'enseignement supérieur du judaïsme, notamment : rabbin et titulaire de la chaire de pensée Juive au séminaire Israélite de France, professeur d'Exégèse biblique et de pensée juive médiévale à l'Ecole des hautes études du Judaïsme, directeur du Centre européen d'études et de recherches hébraïques de l’Institut Universitaire Rachi de Troyes, directeur de recherches à l'Institut de connaissance des religions du Livre. En 2003, il reçoit le prix Edmond Tenoudji en récompense de son travail communautaire et éducatif entrepris depuis de plusieurs années. (Mise à jour: septembre 2005)

Bibliographie du conférencier

Claude Sultan - rabbin
  • Héritages de Rachi, sous la direction de Gillbert Dahan, (Editions de l'Eclat, 2006)
    Emprunter
  • Le Brûlement du Talmud à Paris, 1242-1244, sous la direction de Gillbert Dahan, (Le Cerf, 1999)
    Acheter
 

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat

Voir le dossier sur Melamed

Melamed: le portail de l'étude et de l'enseignement
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier