Suivez-nous Facebook Twitter

Parler ou se taire - n° 28

Metsora: des mots et des maux  (33 min)

Isabelle Cohen - historienne

ORGANISATEUR
 
 

15 commentaires

Réponse à Adée et à Julien 11 avril 10:14, par Isabelle Cohen

Julien, j'enseigne à l'université populaire du judaïsme, créée l'année dernière par Shmuel Trigano. Nous y étudierons le récit de la création de l'homme et de la femme dans la Genèse. Ce sera l'occasion de réfléchir sur ce que l'on désigne aujourd'hui par les notions (des adjectifs, pourquoi ?) de "féminin" et de "masculin". Vous êtes le bienvenu !

Chère Adée, difficile d'être pertinente à propos d'un sujet vous touchant aussi intimement, mais, à mon avis, tout tourne autour de la question de trouver "les mots pour le dire". Lorsqu'ils ne viennent pas, peut-être faut-il s'interroger sur les causes profondes du silence intérieur. C'est compliqué, comme on dit sur Facebook...

La médisance 09 avril 09:56, par Natszerman

Une oratrice hors-pair. On ne s'ennuie pas une seconde. A part cet aspect formel agréable, cet exposé est profond, instructif. "Mal parler d'autrui, c'est mal parler de soi", nous apprend la hassidout. A méditer. "La prière est un appel à l'indulgence envers nous-mêmes... Prier signifie se juger... Avec clémence. " Et tout cela se trouve déjà dans l’étymologie hébraïque. Cette paracha sur la "lèpre" a un message fort et inattendu à nous délivrer.

A propos de la 4ème mise en garde concernant la médisance 06 avril 03:00, par Adée de TachaLou

Citation 5 Parler ou se taire : "Un reproche mal formulé peut conforter quelqu'un dans son refus d'entendre".

Une de mes 3 fille est enceinte et fume des cigarettes. N'était-il pas de mon devoir non seulement pour elle mais aussi et surtout pour l'enfant à venir que de la mettre en garde sur les méfaits du tabac sur le foetus ?

L'humain apprend par la répétition. N'aurais-je pas dû continuer à lui suggérer en douceur de faire cet effort pour son enfant ?
Tous les jours ma conscience m'interpelle au sujet de mon renoncement à lui parler de cela justement suite au fait qu'elle refusait d'entendre mes paroles qui s'envolaient sans toucher leur but et créaient un malaise entre nous.

Je suis loin d'être sûre d'avoir bien agi. Qu'en pensez-vous ?

Par l'odeur alléché 04 avril 22:19, par Julien Wyplosz

J'ai beaucoup apprécié votre commentaire qui montre un savoir étendu et une belle faculté de synthèse. Je ne crois pas á l'existence des maladies psychosomatiques. Dire à un malade qu'on ne sait guérir que c'est "tout dans sa tête" c'est ne pas vouloir reconnaître son ignorance ou celle de la médecine du moment. Le mystère entre la médisance et une altération de la peau ou de sa maison reste, à mes yeux, total.
Vos tentavives de l'éclaircir sont nanmoins très intéressantes et me donnent l'envie de suivre votre enseignement. Je suis un ancien élève de l'EPHE à la Sorbonne, mais, si j'ai bien compris, vous n'y enseignez plus. Alors où peut -on vous entendre ?

Metsorah 04 avril 08:58, par lucile

Vous avez fait un commentaire très intéressant, documenté et cependant personnel Bravo pour votre érudition. Je pense qu'Emeric que vous avez cité, aurait été d'accord sur bien des points que vous avez exposés, en particulier quand vous parlez de la communication (son domaine) qui outre de faire passer un message est évidemment une manipulation (et je ne parle pas des sondages) sinon sur tous.
Si on fait du lacon hara même en disant du bien de quelqu'un en son absence, j'ai souvent entendu que c'est parce que on est tenté de dire "mais" et c'est le début d'autre chose
Bravo et merci à vous
J'ai beaucoup regretté de ne pas vous avoir rencontrée lors de mon passage à Paris
Je vous embrasse
Pessa'h cachère ve saméa'h.

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 
 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Isabelle Cohen - historienne

Isabelle Cohen (de Castelbajac), historienne, est chargée de mission pour la commission "Culture juive", "Lutte contre l'antisémitisme" et "dialogue interculturel" à la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. 

Titulaire d'un DEA d'hébreu à l'INALCO, elle soutient en 1999 une thèse de doctorat d'histoire des religions et d'anthropologie religieuse à l'Université Paris 4-Sorbonne, sur le thème de la succession politique dans la tradition deutéronomique, sous la direction de Mireille Hadas-Lebel et d’André Caquot. 

Elle a été membre de l'équipe d'accueil 1436 de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (Langues, textes et histoire du monde ouest-sémitique ancien) animée par André Lemaire, chargée de cours d'Histoire juive contemporaine à l'Université Lille 3,  d'hébreu moderne à l'ENSAE et d'hébreu biblique à l'Ecole Cathédrale et au Collège des Bernardins. Elle enseigne également au Collège des études juives de l’Allian

 

Bibliographie du conférencier

Isabelle Cohen - historienne
  • Un monde à réparer , (Albin Michel , 2017)
    Acheter
 

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat

Voir le dossier sur Melamed

Melamed: le portail de l'étude et de l'enseignement
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier