Suivez-nous Facebook Twitter

La fidélité à une écoute - n° 45

Eikev: le déni de Dieu  (33 min)

Jean-Claude Bauer - enseignant du judaïsme

ORGANISATEUR
 
 

7 commentaires

Equev jusqu'au bout 04 septembre 08:36, par Aaron

Félicitations pour ce commentaire très sensible, très profond,
Israël est à l'écoute, se rebelle, est confronté aux épreuves douloureuses depuis toujours,
et arrive encore à conserver cette capacité d'écoute en D. , c'est incroyable
Bravo pour cette explication fine de Equev, d'Abraham jusqu'à cette paracha en passant par Yaacov.

Le "pintele yid " 26 août 18:52, par Peloni

Vous nous montrez, monsieur, qu au bout (ekev) de la souffrance, qu au bout de la douleur, qu au bout de la revolte, existe, chez le juif, cette graine inderacinable, qui le sauve, et le singularise.
Comme pour dire, la "nuque roide " du juif lui permet, a la fin de tout, de rendre son acquiescement initial ""Naase VeNichma " moins naif et vraiment authentique
-
Merci beaucoup, Monsieur, vous nous avez montre que le mot ""Ekev " ainsi compris, eclaire toute la Paracha.
Et aussi, voici ouverte, sur le plan personnel, une fenetre sur l au dela de nos imperfections.

Essav montre Ismael 24 août 11:49, par v

Réponse aux messages précédents :
Certes, la question de la force de l'islam se pose.
Mais ce n'est pas -contrairement aux appats rances- cette force qui ravage le peuple d'Israël à notre époque.
C'est Essav qui fabrique les armes, c'est lui qui les vend, c'est lui qui monte le film, jette de l'huile sur le feu, tient les caméras, diffuse ses peurs, ses analyses et avance ses pions. Israël, perdu, abandonné sur ce terrain par ses maîtres, se laisse dévorer par des cris de géants.

Haftarah associée 23 août 17:19, par Charlie

Serait-il possible de rajouter en fin d'exposé, un petit commentaire explicatif sur le choix de la Haftarah associée à la Parasha commentée de la semaine.
Shavouah Tov.

La force 22 août 03:35, par gebora

C’est vrai que les géants suscitent des questions sur l’Islam. Mais est-ce qu’elles ne se ramènent pas au sort de Nimrod, , au règne de la force, à l’appui d’un maximum de mercenaires servant un pouvoir totalitaire ?

Ce cours m’a fait mieux comprendre celui sur Chelakh Lekha (les explorateurs) et explique la différence de grandeur entre les descendants hébreux d’Abraham et les géants autochtones des générations antérieures. Ces derniers sont forts et paraissent invincibles mais ils s’effondrent au bout du rouleau, ils ne résistent pas à l’épreuve de la fragilité. Tandis que la grandeur selon Abraham et ses descendants, consiste à entretenir en soi cette fragilité ultime et à en faire une force, un sommet qui promeut. Dans le cas des géants la force vient du déni de la vulnérabilité de toute créature et c’est ce qui va les détruire. Tandis que dans le cas d’Abraham, malgré la rébellion et l’opiniâtreté de ses descendants, ils possèdent un réservoir d’écoute qui les sauve.

La question de la force de l’Islam se pose en effet.

 

Ajouter votre commentaire

 
ORGANISATEUR
 
 

Biographie du conférencier

Jean-Claude Bauer - enseignant du judaïsme

Jean Claude Bauer est diplômé de la faculté de médecine de Strasbourg. Sa thèse a porté sur les problèmes posés par la contraception d'après les sources talmudiques.
Il a ensuite étudié la Tora et le Talmud à la Yéchiva des Etudiants de Strasbourg et enseigne aujourd'hui les textes de la tradition juive au centre d'étude pour femmes 'Hayé Sarah à Strasbourg dont il est le directeur.
Il participe aussi à des colloques traitant de la confrontation du Talmud aux problèmes médicaux et de droit.

Lire le texte sur Sefarim

Sefarim: la Bible du Rabbinat
 
ORGANISATEUR
 
 
 
 

Les autres conférences sur le même sujet

Les autres conférences du conférencier